Vins de qualité AOC : profiter d’une dégustation à Aix-en-Provence

profiter d'une degustation e Aix-en-Provence Vins AOC

Le monde du vin est un monde très exigeant et jaloux des moindres petits détails. Considérant que le sang de la vigne fait partie intégrante de la majorité des tables françaises, des normes de qualité ont été instaurées et imposées pour les boissons et aliments. Parmi elles, la norme de « qualité d’appellation d’origine contrôlée » ou AOC. Ayant longtemps servi en accompagnement pour relever le goût de certains plats, notamment de certains mets, le vin compte aujourd’hui plusieurs adeptes à toutes les occasions et à tous les repas, de l’apéritif aux desserts. Opter pour la dégustation de vins à Aix-en-Provence permettrait de découvrir et d’estimer la richesse en goût du vin français.

AOC : l’assurance de la qualité

L’expérience accrue de nombreux vignerons a permis la mise en place d’un cahier de charges relevant les étapes essentielles pour obtenir un vin qualitatif. Aix-en-Provence prend référence sur cette norme de qualités de crus AOC pour assurer la commercialisation du vin qui y est produit, et ce, dans l’intérêt et la satisfaction des consommateurs. La prescription de la vigne à cette norme AOC n’est pas impérative pour tous les vignerons. Mais il faut savoir, qu’elle garantit la qualité du vin proposé aux consommateurs à travers un encadrement dans toutes les étapes de sa préparation. D’ailleurs, si la dégustation de vins à Aix-en-Provence appelle au rassemblement de plusieurs appréciateurs du spiritueux chaque année, c’est en grande partie grâce à ce système de contrôle de pointe AOC sur les démarches de préparation de vin.

Le Vin AOC : carnet de route du vigneron à Aix-en-Provence

Les vignerons sont appelés à suivre une certaine démarche jusqu’à l’obtention d’un vin qualitatif. Les vins AOC sont conçus grâce à un carnet de route pour guider les vignerons.

D’abord au niveau de la plantation, ce cahier de charges détermine avec précision les cépages, les emplacements des pieds de vignes, ainsi que la taille requise pour avoir du bon vin. En suivant cette démarche, une étude préalable peut être effectuée quant au résultat de la plantation, notamment en se basant sur le plafond de grappes décompté. La productivité de la vigne dépendra essentiellement du respect de cette procédure par les vignerons ou en premier les viticulteurs. En tant que norme, des vérifications du respect de démarches posées dans le cahier de charges sont entamées par an.

Après la plantation, la procédure continue d’être dirigée dans le cahier de charges, en détaillant les normes à suivre en cave pour la préparation du vin.

La recette de ce vin ne sera présentée sur le marché que suivant l’approbation de spécialistes dans le domaine dont :

· un organisme certifié par l’INAO ou Institut National de l’Origine et de la qualité,

  • un organisme autonome affecté à l’inspection,

· un groupe libre responsable de la qualité du vin.

Ce groupement de personnes déterminera la bonne qualité du vin à partir de sa couleur, de sa senteur et de ses saveurs. Ces différentes modalités orientées qualité, influent considérablement sur l’œnotourisme, un pendant de l’agritourisme qui, en termes d’impact sur l’économie régionale est un facteur déterminant. D’un autre côté, la chaîne de valeur du vin s’en trouve renforcée avec un intérêt marqué pour les producteurs de vin de se professionnaliser pour être en mesure d’apporter une valeur ajoutée à leurs produits.

Distinction entre AOC et AOP

La majorité des crus à Aix-en-Provence se conforment à l’AOC ou Appellation d’Origine Contrôlée. Aujourd’hui, il est une autre catégorie de norme qu’est l’AOP ou Appellation d’Origine Protégée. Si l’AOC a pour but de mettre en avant les résultats d’une démarche de confection précise dans un domaine bien déterminé qui concerne le monde du vin, l’AOP n’est qu’une équivalence de l’AOC posée par la Communauté européenne pour uniformiser les démarches relatives à la confection de produits nationaux. En effet, l’AOP est dédié spécialement au domaine de la laiterie et de l’agroalimentaire.

Entre autres, pour faire concéder l’annotation AOC à des productions, il faut s’adresser à l’INAO, en fournissant les pièces utiles à l’acception, notamment le dépôt d’une requête collective soutenue par un Organisme de Défense et de Gestion ou ODG.

Et quoiqu’il appartienne à la Communauté Européenne d’attribuer l’annotation AOP aux aliments de laitage et agroalimentaire, ces aliments doivent d’abord avoir été certifiés AOC.