Un vigneron contrôlé / Contrôle interne-externe

Le contrôle est dit interne lorsqu’il est réalisé par l’organisme de défense et de gestion qui représente les producteurs. Le contrôle est dit externe lorsqu’il est réalisé par un organisme indépendant et impartial.

Les contrôles internes et externes permettent de vérifier que le producteur a respecté toutes les obligations du cahier des charges et qu’il a correctement réalisé les auto-contrôles. Les vérifications peuvent selon les cas être documentaires et/ou menées sur le terrain. Par exemple : contrôle de la taille de la vigne, de l’entretien du sol, du suivi de la maturité des raisins… Le contrôle interne ne donne pas lieu à des sanctions immédiates. En cas de difficulté, l’organisme propose une mise en conformité. Le producteur peut refuser de suivre le conseil qui lui est donné, mais il prend alors le risque d’être sanctionné plus tard.
Le contrôle externe peut donner lieu à des sanctions plus ou moins importantes qui peuvent aller d’un simple avertissement au retrait du bénéfice de l’appellation. Les opérations de contrôle externe menées par un organisme indépendant comprennent aussi une activité de supervision des contrôles internes.
Enfin, l’ensemble de ces contrôles fait l’objet d’une surveillance par les services de l’Institut national de l’origine et de la qualité (INAO).
20 pourcent du vignoble AOC font l’objet de visites de contrôle tous les ans et tous les producteurs sont soumis à au moins un contrôle de leurs produits chaque année. En fonction des résultats des contrôles, la fréquence des contrôles peut être augmentée. Ce processus de contrôle aux différentes étapes de la production du vin met l’ensemble des producteurs sur un pied d’égalité face au respect du cahier des charges d’une part et garantit au consommateur que le vin a été produit dans les règles prédéfinies d’autre part.